maladie Alzheimer

Lutter contre les pertes de mémoire liées à la maladie d’Alzheimer

En France, la maladie alzheimer concerne 900 000 personnes. 15% des plus de 80 ans sont touchés par cette maladie. Et à ce nombre, s’ajoutent les personnes souffrant d’un autre type de démence (démence vasculaire, démence fronto-temporale, MCI….). Nombreuses sont donc les personnes âgées atteintes de perte de mémoire, symptôme caractéristique de ces maladies.

Lutter contre les pertes de mémoire liées à la maladie alzheimer :

S’il est actuellement impossible de soigner la maladie alzheimer, il est toutefois possible de ralentir l’évolution de la maladie. Pour cela, différents traitements médicamenteux sont proposés par les neurologues et gériatres en fonction des troubles de la personne.

Mais il est également conseillé de continuer à stimuler la personne malade pour l’aider à rester autonome. On vous conseille de ne pas faire les choses à sa place, mais juste de l’aider dans les tâches qui sont difficiles pour elle. On vous conseille également de lui trouver des activités de loisirs afin qu’elle ne se renferme pas sur elle-même et qu’elle fasse fonctionner sa mémoire et ses autres capacités lors de ces activités. Ces conseils se basent sur le principe de la stimulation cognitive, méthode utilisée par les professionnels intervenant auprès de personnes atteintes de trouble de la mémoire.

Qu’est-ce que la stimulation cognitive ?

Il s’agit du fait de stimuler le cerveau de la personne afin de l’empêcher de se “démuscler”. Une personne qui est inactive et qui n’utilise pas sa mémoire aura tendance à avoir une moins bonne mémoire au fil du temps. C’est d’autant plus impressionnant quand cette personne a la maladie alzheimer ! Avec la stimulation cognitive, la personne reste active. Et à défaut de pouvoir retrouver la mémoire, elle lutte contre l’avancée de la maladie.

La stimulation cognitive peut être proposée sous forme d’exercices ou d’activités de loisir. Les études montrent son efficacité lorsque les séances sont proposées régulièrement dans le temps (par exemple, une à deux fois par semaine pendant un minimum de trois mois).

Pour proposer une bonne stimulation cognitive, il faut être en mesure de savoir quels types d’exercices proposer, mais aussi de savoir quelle difficulté proposer. En effet, bon nombre d’exercices pour la mémoire que l’on trouve dans le commerce ne sont pas adaptés à des personnes qui ont des troubles de la mémoire. Si la personne ne parvient pas à faire l’exercice, cela ne lui sert à rien. Elle se découragera et n’acceptera pas de faire des séances régulièrement.

Comment proposer des séances de stimulation cognitive à son proche ?

Vous pouvez en parler avec son médecin pour qu’il lui prescrive de l’orthophonie ou de l’ergothérapie en structure ou à domicile.

Vous pouvez également proposer à votre proche de faire de la stimulation cognitive avec vous. La méthode MALO est un outil destiné aux aidants de personnes ayant des troubles de la mémoire. Elle permet de faire des séances adaptées à ses troubles sans avoir de connaissances médicales, car vous savez exactement quels exercices proposer au fil de chaque séance. Par ailleurs, des vidéos vous expliquent comment définir quel est le niveau de la personne malade. Vous êtes accompagné à chaque étape par des guides ou des vidéos. Cela permet à chacun de proposer de la stimulation cognitive à son proche, même quand il est impossible pour l’aidant de faire venir un professionnel au domicile de son proche malade.

Dans tous les cas, si vous avez un proche atteint de la maladie alzheimer, n’hésitez pas à le stimuler, à le solliciter. Réfléchir, jouer, agir seront bénéfiques pour sa mémoire mais aussi pour son moral (qui est malheureusement souvent atteint par l’annonce du diagnostic).

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *